Hiboo : une solution qui voit loin (via lemoniteurmateriels.fr)

Inventaire, facturation, contrôle de l’usage et bientôt maintenance prédictive. La start-up a développé un service qui englobe toutes les problématiques de la gestion de flotte.

Aider les industriels à optimiser leurs opérations de terrain. Telle est l’ambition de départ de François Jabob et des frères Clément et Charles Bénard, fondateurs  en mars 2017 de la jeune pousse française Hiboo. « Initialement, notre dispositif technique a été élaboré pour l’industrie. Nous nous sommes vite rendu compte que ses applications correspondaient davantage aux besoins du BTP », confie Clément Bénard. Raison pour laquelle aujourd’hui 80 à 90% de l’activité de la start-up est orientée vers les grands acteurs du secteur.

Férus d’informatique, les trois compères ont commencé par concevoir un boîtier autonome et robuste qui se fixe sur les machines. Baptisé Lapone 1.0, cet objet, d’approximativement 5 cm de large, pour 15 cm de long et 3 cm d’épaisseur, est bardé de technologies. Il comprend une puce GPS, un accéléromètre, une sonde de température, un baromètre, un gyroscope et un capteur à effet Hall (qui mesure la variation de champ magnétique). Autant de paramètres enregistrés et sécurisés pendant toute la durée de vie de l’équipement, estimée jusqu’à dix ans. Une fois équipée, toute machine est géolocalisable. Et il est possible de connaître les moments précis pendant lesquels elle est utilisée, et dans quel environnement.
 
 

Equipe de data scientists

Mais ce dispositif, qui a fait l’objet d’un dépôt de brevet pour l’utilisation des réseaux de basse fréquence après une collaboration avec Sigfox, ne recoupait pas les informations collectées par les capteurs intégrés des engins modernes : consommation de carburant, détection de fuites hydrauliques, captation du niveau d’usure… C’est pourquoi la jeune entreprise a mis sur pied une plateforme qui agrège l’ensemble de ces données en provenance des constructeurs. « Nous sommes persuadés que l’Internet des objets va révolutionner les process. Nous souhaitons nous positionner en tant que pivots », explique le dirigeant. Pour ce faire, des data scientists ont renforcé les équipes de Hiboo, avec pour rôle de collecter, puis d’uniformiser les données avant leur restitution.
 
Aujourd’hui opérationnelle, la solution fournit ainsi aux propriétaires de flotte une vision exhaustive et organisée des indicateurs pertinents. Le premier service, et le plus évident, consiste à dresser des inventaires avec des moyens numériques. « Les opérations traditionnelles mobilisent de nombreuses ressources humaines et prennent beaucoup de temps. Elles sont donc très coûteuses pour les entreprises », poursuit Clément Bénard. « En les automatisant, nous les rendons bien plus rapides et plus fiables. »
 
La facturation est un autre avantage proposé par Hiboo, qui compte d’ailleurs Salesforce comme partenaire. En agrégeant les informations du temps réel passé sur site par les machines et leur temps d’utilisation effectif, les entreprises, en particulier les loueurs de matériels, sont plus à même d’ajuster leurs tarifs. Les bordereaux disparaissent et, avec eux, les potentielles erreurs humaines. « Les loueurs et leurs clients apprécient que la facturation puisse commencer à partir du moment où l’engin arrive sur site, et non plus à partir du moment où il quitte le dépôt », s’enthousiasme l’entrepreneur.
 

Vers la maintenance prédictive

La solution procure par ailleurs une fonction de contrôle de l’usage directement issue de la machine. Depuis leur écran d’ordinateur ou leur tablette, les gestionnaires peuvent ainsi vérifier que leurs engins sont au bon endroit, à l’heure fixée, et que leur utilisation correspond à celle qui a été validée contractuellement, tant sur le nombre d’heures de fonctionnement journalier que sur le mode opératoire. Enfin, Hiboo envisage à terme d’étendre les fonctionnalités de sa technologie à la maintenance prédictive. Une suite logique à la manipulation de données toujours plus précises et ciblées.
 
En attendant, la société, qui s’apprête à une seconde levée de fonds de plusieurs millions d’euros, continue d’étoffer son portefeuille clients déjà bien fourni. Bouygues Construction utilise par exemple sa solution pour détecter ses matériels dormants. NGE, de son côté, souhaite couvrir 100% de son parc moteur du boîtier pour optimiser et diminuer les taux de ralenti des machines. Chez Bernasconi, il est question « de géolocaliser à terme toute [la] flotte et de dématérialiser le processus complet de facturation », dévoile la directrice administrative et financière Géraldine Désir. Dernière prise de choix : Kiloutou. Avec le BTP, Hiboo a flairé le bon filon.