Le TUC alerte sur les lacunes du cadre juridique en matière d’IA au travail

par | Oct 23, 2023 | IA

Alors que l’Intelligence Artificielle (IA) continue son expansion dans le monde du travail, le TUC appelle à une vigilance accrue face aux risques de discrimination et d’exploitation pour les employés. En effet, le Congrès des syndicats britanniques souligne les lacunes du cadre juridique actuel et met en garde contre les dangers d’une utilisation non réglementée de l’IA au travail.

Un groupe de travail pour proposer de nouvelles protections

Face aux inquiétudes grandissantes, le TUC a créé un groupe de travail rassemblant des experts du droit, de la technologie, de la politique, des ressources humaines et du secteur associatif afin de proposer de nouvelles protections juridiques. Le groupe devrait publier un projet de loi sur l’IA et l’emploi début 2024 et fera pression pour son incorporation dans la législation britannique.

L’IA, un risque de discrimination et d’exploitation

Le TUC souligne le risque de discrimination et d’exploitation lié à l’IA au travail, en particulier pour les personnes occupant un emploi précaire et l’économie des petits boulots. Pour Kate Bell, Secrétaire générale adjointe du TUC, “l’utilisation de l’IA au travail pourrait entraîner une discrimination généralisée et un traitement injuste”.

Des lacunes dans le cadre juridique britannique

Malgré les cinq principes fondamentaux du Ministère britannique de la Science, de l’Innovation et de la Technologie pour un développement responsable de l’IA, le TUC estime que le cadre juridique actuel n’est pas suffisant pour protéger les travailleurs. Il appelle donc à une nouvelle législation pour éviter une “aberration internationale” en matière de réglementation.

La voix du TUC au sommet mondial de l’IA

Le TUC espère pouvoir faire entendre sa voix au sommet mondial de l’IA, aux côtés des employeurs et des entreprises. Pour lui, il est essentiel de protéger les droits des travailleurs et de réglementer l’utilisation de l’IA au travail afin de garantir une réelle équité sur le marché du travail.

“Nous avons tous un intérêt commun à bien faire les choses”.