Homeys – Des sondes traquent la surchauffe (via lemoniteur.fr)

Enfant, Henri de Noblens a vécu dans un appartement surchauffé, du fait d’un dispositif central mal réglé. Aujourd’hui trentenaire et cofondateur de la start-up Homeys, il déplore encore cette aberration écologique. 

« Dans la plupart des cas, l’exploitant-chauffagiste pilote son chauffage au gré des demandes des occupants, confie cet ancien salarié de Saint-Gobain. Cette méthode l’engage davantage à surchauffer qu’à courir le risque de sous-chauffer car ceux-ci s’adaptent mieux à la chaleur. » Une navigation à vue due au manque de moyens à disposition de nombreux gestionnaires pour connaître la température par étage, repérer les dérives de consommation ou les défauts d’isolation dans le bâtiment.

Créée en juin 2018, Homeys est née de ce constat. Soutenue par le programme d’intrapreneuriat de Saint-Gobain et de la BPI, la start-up a développé une plate-forme de suivi des systèmes de chauffage collectif, principalement destinée aux bailleurs sociaux. Ce nouveau service s’appuie sur les données transmises par des sondes de température, installées dans les lieux de vie des appartements, via les protocoles LoRa ou Sigfox. « Nous les fixons à l’aide d’un simple adhésif sur les murs, à l’abri du soleil et des sources de chaleur, précise Mathieu Anderhalt, autre fondateur de Homeys. « Le but n’est pas de les installer dans chaque appartement mais de créer un échantillon représentatif. »

 

Modèle thermique. 

La solution récupère également les données relatives aux consommations de gaz et d’électricité ainsi que celles de Météo-France. Elle s’en sert pour bâtir un modèle thermique du bâtiment. « A partir de ces informations, nous améliorons les réglages des systèmes de chauffage collectif et nous aidons le bailleur social à déterminer les rénovations énergétiques prioritaires », détaille Henri de Noblens. Avec une promesse d’économie d’énergie de 15 % dans les immeubles en surchauffe, la jeune pépite a déjà tapé dans l’œil de plusieurs bailleurs sociaux. La RIVP, Batigère ou Grand Lyon Habitat ont déjà souscrit des abonnements.

Source: lemoniteur.fr